Juste une des raisons pour lesquelles nous aimons l'Afrique

Afrique ... La culture, la mode, l'art, la faune et les gens merveilleux, nous en sommes tombés amoureux il y a longtemps

Serrekunda

Nous rencontrons des gens presque quotidiennement qui disent tous qu'ils ont été modifiés par l'Afrique. Une énergie ou une aura invisible qui les attire sans cesse. C’est dans le bonheur même des plus pauvres. La diversité de la culture à travers les pays et les tribus. Les vastes espaces sauvages avec leurs animaux uniques et fragiles. Nous l'avons ressenti ... vous devriez aussi!

Moi manger avec le village

Il y a 7 ans. Aux débuts de Continent Clothing, je restais en Gambie pour une réunion de tailleurs et de visite d'échantillonnage. Le voyage a été génial. J'avais rencontré avec succès et commencé à travailler avec 5 tailleurs différents pour ma première collection. Acheté d'innombrables beaux tissus avec des couleurs et une géométrie incroyables. Mais le voyage a été long, 6 mois au même endroit de travail et de travail ... la poussière, la chaleur, certaines personnes, tout diminuait dans son charme. Je devais me rappeler pourquoi j'avais commencé ça, pourquoi j'aimais l'Afrique. Moi et quelques-uns de mes amis (John, Adama, Yaya) avons décidé qu'il était temps pour une escapade à l'africaine.

Les garçons gambiens

Une route tranquille, un ruban de tarmac de plus en plus loin dans la brousse, continuant encore plus loin dans la savane. Le long de cette route, la ville est devenue un lointain souvenir. Je pouvais sentir les ennuis de la ville emportés par le vent de la savane sablonneuse. Après plusieurs heures de conduite dans un paysage sauvage typiquement africain sur une route abandonnée, nous sommes arrivés à notre destination, Janjanburegh. Un tout petit village colonial ancien situé sur une île du fleuve Gambie. Des maisons au toit de paille bordaient la rive du fleuve et des éléphants massifs parsemaient la rue traditionnelle. Pendant tout ce temps, la rivière serpentait lentement et silencieusement. Belle.

Arbre sur une longue route

Dans un esprit de récupération, nous avons décidé d'aller encore plus loin des sentiers battus et de rouler dans la brousse le long d'un sable soyeux et d'une piste rocheuse dentelée. Des singes couraient de façon ludique à travers les branches des arbres qui nous suivaient. Nous conduisons de plus en plus profondément et tombons sur deux huttes vides à moitié construites, assis dans un beau terrain avec la rivière au fond. Seikou était couché, un constructeur local ayant un après-midi tranquille dans une des huttes. Un rire rapide puis un chat ont conduit Seikou à accepter que nous restions ici ce soir. Nous lui avons remis 50 Dalassi et il est parti.

Le fleuve Gambie

La détente était notre objectif, nous avons donc allumé un joli petit feu le plus près possible de la rivière. Après une heure de tranquillité, nous entendons le léger grondement d'un moteur et le bruit incomparable de pneus qui montent et descendent sur la route chargée de trous de pot. Nous avons trouvé cela étrange étant donné que la route ne menait nulle part et à quelle distance de la civilisation nous nous étions égarés. Il s'est avéré être Seikou, cette fois avec deux autres mecs, un seau de boissons, un grand bol de Domada (soupe aux arachides africaine) et deux matelas tous entassés à l'arrière de l'un des taxis locaux à l'air branlant. La générosité et la convivialité étaient évidemment trop belles pour être refusées, sans parler d'un matelas au lieu d'une ardoise en béton dans les huttes à moitié construites. C'est ainsi que nous avons commencé une grande nuit de gourmandise et de conversation par la chaleur du feu.

le feu par la rivière

Les conversations entre nous et nos différentes cultures se sont poursuivies tout au long de la nuit. Nous échangeions entre notre musique jouant doucement en arrière-plan. Échangez des histoires du temps froid et humide britannique avec des histoires de chaleur intense et de tempêtes de sable poussiéreuses des vents Harmattan annuels. Après des heures de rire sans arrêt, nous avons été brusquement interrompus par un énorme rugissement et des éclaboussures provenant de ce qui ressemblait à quelques mètres dans la rivière. Secoués et confus, nous avons demandé aux habitants ce qu'aurait pu être le bruit ... un peu trop calmement (pas du tout surpris) ils ont répondu hippopotames. Ma seule pensée ... "Seulement en Afrique".

Singe dans l'arbre

Le lendemain, j'étais plein de joie, un mini baptême d'amitié, de faune et de générosité. Un an plus tard et jusqu'à ce jour, je me rappelle encore cette histoire chaque fois que je me sens déprimé. Cette histoire, et bien d'autres similaires, est la raison pour laquelle j'aime l'Afrique. Le mélange des lieux sauvages, la gentillesse des gens quand ils n’ont rien d’apparent et la diversité des villes, des pays et des tribus à travers le continent.

Moi sur le fleuve Gambie

Pour ceux d'entre vous qui sont allés en Afrique, envoyez-nous des clichés ou discutez de pourquoi vous l'aimez. Nous partagerons de superbes photos sur nos réseaux sociaux. Ceux qui n’ont pas marché sur le sol africain, nous vous encourageons à le faire, et nous ne pourrions que le recommander davantage. Il y a de la pauvreté et de la faim ... il y a de l'incertitude politique comme nos nouvelles le rapportent exclusivement ... mais en dessous il y a tellement plus.